Marion yukata - professeure japonais Issho Ni | Apprendre le japonais

La prof de japonais

Si vous vous apprêtez à vous lancer avec moi dans l’apprentissage du japonais, il est naturel que je vous parle un peu de mon parcours jusqu’à aujourd’hui en tant que prof de japonais.

Je m’appelle Marion, j’ai 33 ans et je suis née à La Rochelle (17). Très jeune, j’ai eu accès à la culture populaire japonaise : mon père était (et est toujours !) un gros consommateur d’animation japonaise. Dragon Ball, Saint Seiya, Sakura Card Captor, Sailor Moon… sont tant d’œuvres qui ont marqué ma plus tendre enfance !

Après cela, j’ai continué de découvrir la subculture japonaise grâce aux jeux vidéo : Final Fantasy, Dragon Quest, Pokémon, Sonic et j’en passe !
Adolescente, j’ai commencé à dévorer tout un tas de manga : shônen, shôjo, seinen… Peu importe, tout ce qui me tombait sous la main !

Pourquoi le japon ?

C’est donc tout naturellement que mon amour pour la subculture japonaise m’a permis de découvrir toute l’immensité de la culture nippone par la suite. Langue, écriture, art, littérature, musique, religions, Histoire, coutumes, traditions, mœurs : j’ai pu effleurer du bout du doigt tout ce que le Japon a à offrir.

Et je n’ai jamais pu faire demi-tour !

J’y ai donc consacré ma vie et mes études. Je suis entrée à l’Université, toujours plus avide de connaissances sur ce pays qui me fascinait. J’ai obtenu mon Master et me suis lancée dans l’enseignement : il était maintenant indispensable pour moi de partager tout ce que j’avais appris avec d’autres passionné(e)s du monde entier.

Marion et Ace (One Piece) - professeure japonais Issho Ni | Apprendre le japonais
« Il est assez facile pour les humains de devenir adultes, mais… de conserver un coeur d’enfant qui prend plaisir à tout n’est pas une chose facile. »

Hattori Zenzou, Gintama

Pourquoi commencer cette aventure avec moi ?

Pourquoi commencer cette aventure avec moi ?

S’il y a bien une chose dont je suis fière en tant que professeure, c’est de n’avoir jamais vu aucun de mes élèves abandonner mes cours : je n’ai perdu personne en cours de route !

Et pourtant, j’ai moi-même abandonné le japonais plusieurs fois : manque de ressources sérieuses, pas de suivi, le fait d’apprendre seule dans son coin, de n’avoir personne à qui poser des questions directement, pas d’échange, et pour finir la motivation qui décline.

Si vous saviez le nooombre de carnets que j’ai commencé en me disant « cette fois-ci, c’est la bonne ! » et dans lesquels je n’ai écrit que deux pages, et puis plus rien…

« Ne déçois personne. Et surtout, ne te déçois pas toi-même. »

Rivai Ackerman, Shingeki no Kyojin

Ils m'ont fait confiance

Pourquoi moi ?

Il y a bon nombre de sites, articles et cours en ligne très intéressants ! Mais, je sais par quoi vous passez : certaines personnes, comme moi, ont plus de mal à apprendre seul, sans méthode et sans structure, que d’autres.

Il est temps maintenant de vous présenter ma formation !

Retour en haut